Différences culturelles

Différences culturelles

Avec une « helper« , « auntie« , « maid » ou « nanny » philippine à la maison, les différences culturelles qui peuvent exister entre nos 2 pays ou 2 continents sont inévitables.

En vivant 24h/24 avec elle et en étant à la maison la journée, je suis parfois confrontée de plein pied à des différences culturelles qui (au choix) : m’amuse / m’énerve / me fascine / …

Je les ressens principalement à l’égard de mes enfants, c’est à dire que la façon de s’occuper des enfants n’est pas du tout la même que celle en France.

Il faut savoir que la plupart des « aunties » philippines à Singapour ont des enfants qui sont restés au pays et que ce sont les grands-parents ou le père qui s’en occupe(nt).

Notre « auntie« , qui a le même âge que moi (34 ans) n’a pas d’enfants. Elle n’est pas mariée. Mais elle a des neveux et nièces.

Elle n’avait pas de précédente expérience avec les nouveaux-nés, seulement avec de jeunes enfants. Cela ne nous dérangeait pas puisque nous avions convenu que c’était moi qui m’occuperait des twins. Elle s’occupe très bien de ma grande et elles s’entendent à merveille.

Depuis que les twins sont arrivés, elle souhaite m’aider de temps en temps et c’est donc depuis peu que je me rends compte des différences culturelles qui existent entre nous.

Voici quelques exemples rencontrés :

  • elle a tendance à vouloir les porter dès qu’elles se mettent à pleurer

Je me « bats » avec elle pour lui faire comprendre qu’en France, on ne porte pas le bébé dès qu’il pleure. On attend un peu pour voir si les pleurs continuent ou non. Par exemple, mes filles pleurent souvent de fatigue car elles mettent du temps à s’endormir et généralement, au bout de 30 secondes, les pleurs ont cessé. Si c’est pour les prendre dans les bras et les réveiller, ça ne marche pas…

Au début, je l’entendais courir dès qu’une des filles se mettaient à pleurer. J’ai du fortement retenir sa bonne volonté et plusieurs fois, je lui ai demandé de remettre le bébé dans le lit alors qu’elle venait de le prendre dans les bras.

Elle m’expliquait qu’aux Philippines, si le bébé pleure, on le porte. Ce que je conçois… mais pas pour mes enfants. Je porte mes enfants mais pas au premier pleur. Et généralement, quand elle porte une des filles, c’est pour au moins 20 minutes. À chaque fois, je lui demande de la recoucher.

Je pense qu’elle a compris mais je ne suis pas dupe : de temps en temps, lorsque j’ai le dos tourné, elle profite de la moindre occasion pour porter une des filles.

  •  pour les endormir, elle les tape dans le dos (assez fortement)

Je sais que c’est typiquement asiatique comme comportement mais je n’en veux pas chez moi. Le moment du coucher est un moment calme : quelques caresses pour rassurer les filles si besoin, une petite chanson mais pas de tapes vigoureuses dans le dos.

Je n’ai pas envie de devoir leur taper le dos tous les soirs pour qu’elles réussissent à trouver le sommeil.

  • le cas de la grosse commission

Cela concerne mon aînée (de 3 ans 1/2) lorsqu’elle va aux toilettes pour la grosse commission. Je me suis rendue compte lorsque c’était ma helper qui venait lui nettoyer les fesses, elle la mettait ensuite sous la douche pour nettoyer son derrière. Je lui ai demandé d’arrêter de faire ça car je n’ai pas envie que ma fille, dès qu’elle va aux toilettes, me demande de passer ensuite sous la douche. Elle n’a pas compris car elle m’a répliqué que « c’était sale » de ne pas nettoyer de cette façon, ce que je peux comprendre mais bon… ma fille doit apprendre à utiliser le papier toilettes pour s’essuyer les fesses. Dans beaucoup de pays, des « jets » sont mis à disposition à côté des toilettes (ou même intégrés comme au Japon) pour se nettoyer le derrière mais pas à Singapour. Ma fille choisira plus tard la façon qui lui convient le mieux de se nettoyer le derrière mais pour l’instant, elle utilise le papier toilettes comme nous avons l’habitude de le faire en France.

Comme ma helper est novice en matière de nourrissons, j’ai droit à de nombreuses questions, la plus redondante étant « pourquoi elle pleure ? » (la réponse donnée étant selon les cas : je ne sais pas, elle a chaud, elle a faim, sa couche est pleine, c’est le soir donc elle évacue, elle a mal au ventre, etc.).

Depuis peu, elle ne me la pose plus trop d’ailleurs mais l’a remplacé par « elle a faim ? ». 🙂

  • les soupes pour l’allaitement

Une fois rentrée à la maison après avoir accouché, ma helper s’est mis en tête de me faire des soupes tous les jours pour stimuler ma lactation pour l’allaitement des filles. Je ne savais pas que les soupes donnaient plus de lait (sûrement une croyance ou tradition – probablement parce qu’on boit plus) …

Cependant, à la sortie de la maternité, avec la fatigue, le chute des hormones, le stress, etc., j’avais surtout besoin de calories pour tenir le coup et malheureusement ce n’était pas les soupes qui me remplumaient. Au bout d’une semaine de soupes, j’ai demandé à Mon Homme de lui expliquer gentiment que je n’en pouvais plus des soupes et que j’avais plutôt besoin de plats bien caloriques, mon poids continuant à chuter… Elle a refait de la soupe le soir-même (pour ma lactation bien sûr !) mais en voyant nos gros yeux et le rappel à l’ordre de mon mari, elle n’en a plus jamais fait après… pour mon plus grand bonheur ! 🙂

Bref, pas toujours évident de faire avec les différences culturelles qui existent entre nos pays… je pense d’ailleurs ne pas être au bout de mes découvertes.

À suivre donc….

PS : à côté de ces « petits » désaccords, notre helper est une perle et nous avons beaucoup de chance d’être tombée sur elle. Donc ne pensez pas que nos « différences » sur lesquelles je ne suis pas toujours d’accord résument notre relation… Je vous parle dans cet article dédié des différences, pour autant, je pourrais vous parler dans un autre de tout ce qu’elle nous apporte au quotidien…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share

commentaires

  1. En France on ne laisse pas non plus les bébés pleurer. Les neurosciences et les études de dr éminents dans leur domaine comme le dr Gueguen ont montré les dégâts du laisser pleurer ????

    • muminlearning affirme: juillet 31, 2017 at 11:20

      Je n’ai pas dit que je laissais mes bébés pleurer. Pour autant, les pleurs peuvent être dus à la fatigue comme je l’indique dans mon article et peuvent durer 30 secondes et s’arrêter car le bébé s’est endormi.
      Il est évident que je ne vais pas laisser mon bébé pleurer pendant 10 mn non stop sans rien faire. Cela signifie que quelque chose ne va pas.

  2. Marina affirme: août 7, 2017 at 7:02

    Interessant..heureusement elle est ouverte au dialogue 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *