Vie d’expat’ : ce que vous verrez à Singapour et pas en France (ou peu) suite

Vie d'expat' : ce que vous verrez à Singapour et pas en France (ou peu) suite

Je continue le florilège (non exhaustif) des différences que j’observe entre Singapour et la France :

  • des malls (centres commerciaux) partout, avec généralement, à l’étage les boutiques et au basement (sous-sol) les restaurants.
  • des espaces de change et d’allaitement dans tous les malls.
  • des food court, où on peut manger local pour moins de 6$ à toute heure de la journée.
  • des gardiens à l’entrée de chaque condominium.
  • du wifi accessible presque partout (dans les cafés, les hôpitaux, les aéroports…).
  • l’abonnement téléphonique : la messagerie est un service supplémentaire payant.
  • des rappels de rendez-vous envoyés par SMS quelques jours avant.
  • des taxis partout, à chaque coin de rue avec des prix fixes (« flat ») ou fonction du trajet (« metered »).
  • au cinéma, on choisit sa place quand on réserve.
  • des playground pour enfants (indoor, outdoor and water).
  • les gens qui appellent les vieilles personnes singapouriennes « auntie » ou « uncle » même si on ne les connaît pas ou très peu (les enfants appellent souvent leur helper « auntie » – cf. article).
  • des jours fériés (principalement religieux) pour tous quelque soit sa religion et si le jour férié tombe un dimanche, le lundi est férié.
  • on se déchausse avant de rentrer chez les gens. On vit donc généralement pieds nus chez soi.
  • une administration très efficace avec des cartes d’identité délivrées en moins d’1 semaine à son domicile.
  • le Haze, pollution atmosphérique (sorte de brouillard) due aux feux de forêt dans la région. Des applications et sites internet donnent en direct le taux de PSI (« Pollutant Standards Index« ), heure par heure, selon le secteur de Singapour. Ces taux sont classés selon une échelle indiquant si le taux de l’air est bon (good), modéré (moderate), mauvais pour la santé (unhealthy), très mauvais pour la santé (very unhealthy) ou dangereux (hazardous). On trouve ainsi des masques dans les pharmacies permettant de se protéger des particules lors de cette pollution atmosphérique.
  • le rez-de-chaussée qui correspond au level 1 (donc le 3ème étage est au level 4).
  • des ascenseurs qui arrivent directement dans l’appartement.
  • les empruntes digitales qui peuvent remplacer les codes à l’entrée des immeubles d’habitation.
  • le durian, ce fruit à l’odeur si caractéristique, qui pue et est interdit dans les transports publics (à juste titre !)
  • le grand prix de Formule 1, qui se tient de nuit en septembre.
  • des serpents, même en centre ville (on en a vu 2 fois dans notre condominium et j’en ai croisé un sur une barrière le long d’une rue très fréquentée).
  • la visite de la NEA (National Environment Agency) chez vous afin de vérifier qu’il n’y a pas d’eau stagnante et donc de moustiques (j’en ai fait les frais…).
  • les fêtes d’anniversaire qui ne se tiennent jamais chez soi mais dans des lieux « publics » (playground, clubhouse d’un condo, …).
  • les rues et magasins décorés quelques semaines (voire mois) avant chaque fête : le Mid-Autumn Festival, Halloween, Christmas, Chinese New Year, Deepavali, etc.

Et sûrement d’autres différences encore !

Si vous connaissez d’autres différences entre Singapour et la France qui n’auraient pas été listées dans cet article ou le premier, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous l’article ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share

commentaires

  1. Miss van affirme: janvier 18, 2018 at 8:05

    La propreté immaculée partout dans la rue, l’absence de chewing-gum à la vente (vu les amendes il vaut mieux), la cohabitation pacifique de toutes les religions… Par contre en France aussi on reçoit des SMS de rappel pour certains rdv. Heureuse d’avoir de vos nouvelles. J’espère que vos filles vont bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *